Bons moments Sport,  Récits

Half Marathon des Sables Part II

La course avant la course

Les jours passent, je scrute inlassablement le site de l’anps et le prix des billets qui décollent doucement… Plus les jours défilent et plus je me fais à l’idée que je vais y aller…bizarrement, je crois dur comme fer que j’aurais mon passeport à temps…Maintenant que je me suis lancée, rien ne peux plus m’arrêter…dans l’absolu…

Du coup, Je récupère le matériel dont j’aurais besoin. Dolorès me fournit réchaud, pastilles, mini-serviettes compressées (oui oui, des lingettes qui gonflent au contact de l’eau, idéal pour se faire une toilette de chat), et jupette waa, Jeanne m’équipe du sac waa…il a fait le marathon des sables alors un half marathon, il est rodé le loustic !
J’écume le site lyophilise.fr… Je suis ravie de mes précédentes escapades en kayak et en vélo sur lesquelles j’avais déjà testé quelques plats, je ne pars pas à l’aveugle, mon choix s’oriente rapidement sur des plats sûrs, passe-partout (à moi les pâtes bolo et pâtes carbo) mais je sais aussi que je n’avais pas apprécié les plats trop fades, alors je choisi un taboulet à l’orientale pour l’étape longue et un poulet aigre doux pour le jour de repos…
J’ai déniché à eurasie des cubes de soupes phô, après les avoir goûtés sur une de mes pauses-midi éclairs, je les adopte définitivement. En guise de soupe post course, avec quelques pâtes chinoises et le reste de viande de bœuf séchée, je vous le dis, ce n’est pas moi qui vais me laisser dépérir dans le désert !!!


J’aime trop la Bonne nourriture, ce poste ne sera pas laissé pour compte dans mon sac à dos, croyez moi !
Un seul bémol, le petit déj ! je suis très attachée au petit déj’ et je n’ai à ce jour rien trouvé d’extra pour le combler…Je suis partie pour me suffire d’oeufs brouillés lyophilisés, mais 4 j…pfff.

C’est Frédéric Dominot du magasin Traid Mérignac qui va me sauver. Il me déniche une crême au chocolat noisette à réhydrater, qui va me sauver tous les matins, je vais même l’apprécier. MERCI ! merci Ergysport

Place aux chaussures, je sais que sur ces courses là, où la température monte sérieusement, il faut prendre 1,5 à 2 tailles au dessus de la sienne car nos pieds ont une fâcheuse tendance à gonfler… Comme je ne sais pas encore que le désert va me happer, je n’ai pas envie de trouer le budget déjà conséquent et choisi une paire de trail Kalenji . Beaucoup en disent du bien, à moi de les tester. Je fais un 38,5 (bien sûr, pourquoi faire simple me direz vous!), j’opte donc pour un 40 et me voilà qui saute, trottine et cours dans les allées de DECATHLON, alors que mon grand joue sur les vélo elliptiques juste à côté et le petit s’amuse d’un ballon ! Quelle famille ! Intenable ! En attendant, mon choix est fait. Plus qu’à trouver un cordonnier.

Pourquoi un cordonnier ? Alors que mes chaussures sont neuves….drôle d’idées n’est ce pas ? Tout simplement parce que pour évoluer dans le désert, les guêtres sont de mises pour éviter que le sable ne rentre inlassablement dans la chaussure. Et pour garder les guêtres en place, il faut les coudre…ah…sauf que cela se fait de moins en moins les cordonniers…les vrais, ceux qui ont une super machines… Il y en a bien un, à côté de chez moi, je tente le coup…après tout, je les ai toujours vu, les anciennes techniques, il connaissent peut être…En route…
Me voici, armées de mes chaussures dans une mains, de mes guêtres dans l’autre et je l’annonce officiellement à quelqu’un de totalement inconnu ou presque, il me voit passer devant chez lui depuis des années, toujours un bonjour ou un sourire… Cette fois ci je m’arrête : « bonjour, je dois faire une course dans le désert et j’ai besoin de faire coudre des guêtres sur mes chaussures, vous faites ça ? » ….Mon cœur bat la chamade, pourvu qu’il dise oui… il écarquille de grands yeux devant moi et toujours tout sourire, il me répond :  « on n’a déjà fait ça mais il y a quelques années, on devrait pouvoir y arriver mais c’est mon (jeune, enfin on âge 😉 ) collègue qui va voir ça… » … Il va essayer…c’est pressé ? Euh je n’ose pas lui dire que je décolle dans 2 semaines…il anticipe ma réponse et me dit, dans 3 jours, ça vous va ?

Mes cordonniers de Cestas Gazinet : ils font partie intégrante de ma team

Mais comment lui dire que je suis à 2 doigts de lui sauter au cou…Je suis si contente ! Bien sûr, 3 jours, mais c’est inespéré ! Et nous voilà à discuter course de folie, leur pote a fait des déserts et la diagonale des fous, il me met au même rang, quel fou ! Non je suis novice, je découvre …mais j’ai hâte !!!

Bon, là, je commence à être au point…repas : ok, chaussures et tenues : ok, sac : ok, sac de couchage : le mien va faire l’affaire, je m’achète un sac à viande pour être sûre de ne pas avoir froid, que me manque t ‘il ???

C’est Hadrien qui va me rappeler l’essentiel. Ce petit loup de neuf ans en sait long sur la survie, il adore… Mike Horn. « Nadège : tu n’oublies pas ta trousse à pharmacie ! »…Mais oui mais c’est bien sûr LA TROUSSE A PHARMACIE …oh la boulette…Ni une ni deux, je la concocte…tout en mini : mini dose, mini brosse à dents, mini savon, mini serviette, mini médoc au cas où….(anti diarrhée, anti vomito, anti…tout ), seringue pour traiter les ampoules, bref, elle prend un peu de place, mais je ne peux pas y couper.

Et mon passeport dans tout ça…. ? 10 jours que j’attends…Toujours en attente, les prix des billets montent…Je décide de regarder les prix en partant l’avant veille, c’est mieux, ouf…
Mon entraînement s’est aussi mis en mode Pérou, mais sous la pluie…Alternance de vélo et de course à pied, j’arrive à être bien accompagnée à chaque fois, les durées s’allongent jusqu’à 3h environ…
11 jours, je pars bosser, mon téléphone sonne comme souvent en ce moment, les pubs défilent avec l’approche de Noël…Un bref regard, votre passeport est prêt, vous pouvez aller le chercher ! Pour la deuxième fois depuis le début de sa courte vie, ma voiture avance toute seule, je fais tellement des bons de joie que …. « oh la vache, je Pars au PEROU !!!!!!!!!!!!!!!!!! »


Ma matinée défile à toute vitesse, je prends ma pause de midi et je vais le chercher, je déboule chez mes parents, Regardez !!!! (Mon sourire doit être greffé jusqu’aux oreilles !!!!) YAHOUUU !

Bon, maintenant que c’est vrai de vrai, il faut que tout rentre dans mon sac….et des choix vont devoir être fait….

Toute la famille s’y met, il ne me reste plus que quelques jours…Papa met mes plats sous vide, Romain pèse mon sac (oh mais dis donc,il est aussi lourd que mon cartable ! ) Vincent me trouve le miroir de signalisation qu’il me manque dans le matériel obligatoire… Je teste une dernière fois mon matériel, avec le sac quasi plein… Au bois du Burck à Mérignac, les coureurs me regardent avec un air surpris et me salent, m’encouragent… La folie du Désert fait déjà son effet…elle me porte… C’est bon, je valide.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *