Bons moments Sport,  Récits

Raid Hyper U 2019

Un petit Raid, une mise en bouche pour reprendre le chemin des sentiers…

En attendant des nouvelles de mon passeport pour un départ imminent au #hmds, revenons sur un moment fort de ce mois de septembre : le raid de Gujan Mestras.

Cela fait maintenant 3 ans que je m’inscris sur ce raid. Cette année, je me retrouve en panne de coéquipière. Marjolaine, qui partage avec moi cette folie de raideuse, ne peut pas y participer. Zut ! Je me rappelle alors, que lors de notre Vélodyssée avec Dolorès, elle m’avait bien dit vouloir découvrir ce format de course. Je tente le coup et lui propose. Banco ! Elle est partante ! Le format a un peu changé, mais ça devrait lui plaire, c ‘est un raid très sympa et quand on débute on adore, car il est très convivial. Au programme, un petit bout en course à pied, du run and bike, du canoë (un peu moins long que les autres fois, ouf!) et du vtt…pour finir, un petit run pour sentir le poids ses jambes ! Et un repas offert à l’arrivée, boisson à l’appui. Bref, tout pour plaire !

Rien ne sert de courir, il faut partir à point…

La Fontaine, « Le Lièvre et la Tortue »

Première épreuve, retrouver le port de la Hume. Non sans blague, je pensais vraiment que c’était plus près. D ‘un « on est large pour se préparer », on passe à un « vite, on est short ! ».Bon au final, le départ a un peu de retard, donc on a même le temps de discuter 5 minutes avec Patricia qui est venue voir la team de choc !

“Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.”

La Fontaine, « Le Lion et le Rat »

Je préviens Dolorès, attention, au départ, ça part vite, faut pas se faire avoir, on en a pour plusieurs heures de course, il faut savoir durer..D’autant que le raid long a été annulé, donc tous les champions se sont rabattus sur le court ! ….Ça ne rate pas, Top départ et tout le monde fonce. Avec Dolorès, nous nous mettons dans un rythme de croisière assez bon, il faut le dire pour un départ soit disant cool ;-), 5’30 min/km, pourvu qu’on dure….

Le trajet est le même que l’an passé, cela nous permet de repérer le parcours du run and bike qui sera identique en tout point. La partie bitume est plus longue que dans mes souvenirs mais le chemin du littoral est toujours aussi beau. Nous sommes en jambes et le rythme se maintient…

Run and Bike

Arrivées au parc à vélo, on prend (ou perd selon les points de vue) un peu de temps pour boire et prendre nos casques. Nous passons sous l’arche ensemble et c’est parti pour les mêmes 3 km. Comme nous ne nous sommes jamais entraînées ensemble sur cette épreuve, nous prenons nos marques « En live ». Je commence sur le vélo, dépasse Dolorès et lui informe l’endroit où je lui laisse… A mon tour de partir en courant, le rythme est toujours bon, Dolorès me rattrape, me dépasse et fait de même. Nickel.

Ce jeu d’échange de monture va durer tout du long, à la perfection. De retour au parc à vélo, on dépose tout en vue de filer dans le port pour le canoë.

Canoë

J’avoue, j’appréhende un peu car notre duo avec marjolaine fonctionne super bien, elle est une super barreuse ! Mais cette fois ci, c’est moi qui suit à ce poste, il faut que j’assure sous peine de faire le double de la distance, voire plus !

1,5 km au menu. La barge de la SNSM paraît bien loin tout à coup ! Nous l’avions vu lorsque nous arpentions le chemin du littoral, mais là depuis le port…bref, souquons moussaillons !

Le démarrage se passe bien, on en profite pour taper le bout de gras tout en ramant. Certaines équipes vont de droite et de gauche, pour l’instant nous tenons le bon cap…Mais paf, un équipage, masculin en plus, en pleine lancée de zig et de zag nous percute.

Un beau 360 degrés ! Oh yeah ! Le port en panoramique:-D ! Joli, mais bon, on ne va pas s’attarder !

Point de mire, la barge SNSM, c’est reparti. Ça tire sur les bras, nous croisons les premiers, en pleine vitesse. J’avoue, c’est beau à regarder. Leur coordination, leur force, leur vitesse…enfin bref, on a encore du chemin… pendant que Dolorès joue les moteurs à réaction, j’en profite pour regarder un peu nos concurrents (on ne se refait pas;-) )….Nous semblons pas mal placées. Beaucoup d’équipes mixtes du coup, devant nous, seulement 3 équipes féminines…dont une qui carbure en tête. Objectif, rester dans cette position, car il est clair que le canoë n’est pas notre fort ! La barge en vue, il faut la contourner par la droite et revenir… La marée descend, les fonds changent..méfiance….

A l’oeuvre, on connait l’artisan

La Fontaine, « Les Frelons et les Mouches à miel »

Nous sommes dans notre rythme de croisière, comme les concurrents autour de nous. Nous nous suivons tous, sauf ce binôme de jeunes qui zigzag…encore dans notre canoë….on rattrape le coup mais quelques mètres plus loin, c’est notre tour de foncer dans un autre…les pauvres ils s’échouent sur le banc de sable…nous en sommes très proche !! quelques vifs coup de pagaies et c’est bon, nous reprenons le chemin de l’arrivée…. Bien guidées par les bénévoles, nous arrivons enfin à bon port.

Enfin le bout…du canoë !

Après avoir passé près d ‘une heure sur le canoë à pagayer de bon train, le retour sur la terre ferme se fait tout en …lourdeur !!! Se sortir du canoë, reprendre la course à pied dans le sable…Nos allures de gazelle en prennent un coup ! Heureusement, les bénévoles nous donnent un sérieux coup de main pour remonter le canoë sur la plage et se décharger des pagaies et des gilets. Quelques centaines de mètres nous séparent du parc à vélo…. Sous les encouragements, nous retrouvons nos fidèles montures. Et c’est parti pour le VTT d’orientation. Une grande première pour Dolorès, quant à moi, je me retrouve aux commandes, avec l’appréhension de nous perdre à jamais dans les forêts Gujannaises …. !

VTT’O

Pour l’instant, impossible de se perdre ! Nous sommes un troupeau de moutons, dont les moins aguerris à l’orientation se collent tels des abeilles sur le miel à ceux qui semblent maîtriser…. Je n’aime pas trop ça… Je rumine intérieurement….La première balise se fait désirer, bien cachée, elle nous rappelle les joies de la course d’orientation. Nous cherchons tous, je trouve et file rapidement avec ma coéquipière. La deuxième est simple mais m’enduit en erreur sur la 3ème… Nous allons devoir rebrousser chemin et croiser en sens inverse sur des petits chemins les équipes adverses… Autant bien s’accrocher à son guidon, ça tourne, ça vire ! Mais nous la trouvons…. Du coup, retour au sein du troupeau, nous arrivons tous au point de ralliement où l’on nous donne la nouvelle carte.

Sans traîner au ravito, nous avons tout ce qu’il faut sur nous, nous repartons de plus belle, toujours suivies par une nuée. Un CHOIX drastique se pose, continuer dans le sens évident, se suivre, les uns après les autres, sans trop sourciller…ou jouer, chercher, s’amuser, au risque de se perdre seules, et de « jardiner » comme on dit dans le jargon d’orienteur ???? Je stoppe le vélo, pose la question à Dolorès, qui abonde dans mon sens, amusons nous ! let’s go !!! Nous quittons la voie toute tracée et partons en sens inverse. 15 balises à trouver.

On hasarde de perdre en voulant trop gagner.

La Fontaine, « Le Héron »

Les 2 premières se font sans encombre sur la recherche, mais la technique VTT au travers des broussailles nous laissent quelques souvenirs sur nos superbes jambes. Oublions de suite la parade en jupette, les jambes ainsi griffées…

la troisième que nous cherchons, la N°13, nous donne du fil à retordre, vraiment ! Je me demande si je ne me suis pas vraiment perdue…les minutes tournent, mon âme de compétitrice peste, je sens les places féminines nous échapper … Tant pis, je laisse le classement, après tout, nous sommes venues pour nous amuser (même si cela aurait été sympa quand même….)…Mais elle est où cette fichue balise N°13…Nous voici du coup non loin de la 12…Vu la configuration, nous cherchons les autres et peut être pourrons nous la retrouver, sinon, ce sera une pénalité….autant dire que la 13 reste dans un coin de ma tête, hors de question d’avoir une pénalité !

Les suivantes se trouvent sans soucis, de jolis coins, nous passons du sable aux herbes hautes, racines ou singles sont au programme. De quoi faire découvrir les joies du VTT à Dolorès. Le temps est idéal, pas trop chaud, la pluie des jours précédents à tasser le sable, la difficulté est moindre. Et c’est tant mieux, nous prenons un réel plaisir à déambuler dans les bois…je cherche sur la carte, Dolorès file poinçonner la carte à grandes enjambées

Qui cherche trouve…enfin, souhaitons-le !

La balise n°7 nous fait chercher, fouiner, ratisser…entre petits chemins et pare feux, la courte me joue des tours, on tourne on vire, on l’a dépassé, c’est sûr ! Une vraie chasse au trésor est engagée, je ne lâcherai pas ! Retour sur un chemin large, on retrouve nos repères. Ça y est, pff , elle était facile en fait, juste en parallèle de notre position ! Allez Go Dolo, on fonce ! On suit le chemin qui vire de droite et de gauche, on ne traîne pas ! Un intersection, je prends à droite et file quand tout à coup, à peine 100m plus loin, un doute, Dolorès est bien derrière moi ? Je ne l’entend plus ???? je me retourne et …….GLOUPS…..PERSONNE…3 longues secondes s’éternisent avant la voir arriver….ouf….Pardon, pardon, j’explose dans un fou rire !!! Je viens de me faire LE STRESS de la journée…

NB : je ne suis pas Bélier pour rien…

Bon c’est pas tout, mais on retourne vers la zone de départ, l’occasion de chercher…la balise N°13 !!! eh oui, je ne l’ai pas oublié celle là ! Et du fil à retordre, elle nous en donne ! Après avoir arpenter tout le secteur, nous la trouvons légèrement plus loin, bien cachée;-) ouf, c’est bon pas de pénalité, nous pouvons rentrer tranquillement….enfin pas trop non plus, nous ne sommes pas là pour ramasser les pâquerettes !

Le retour se fait sans encombre, le chemin est large…C’est le moment où Dolorès m’annonce qu ‘elle n’a pas mis ses lentilles à cause du canoë et qu ‘en fait elle appréhende carrément le vélo ! Alors là Bravo, dans un brouillard visuel, elle n’a pas bronché et m’a suivi sans rien dire…Je la rassure, la suite est tranquille, sans difficulté…

Retour sur la route, nous passons le passage à niveau et je dévale en vélo les marches…J’entends un « Mais t’es folle ! » accompagné d’un coup de frein. Dolorès, sagement, descend les marches à côté de son vélo, et moi je me marre ! Allez, « enfourche ton vélo », on doit encore rejoindre le parc à vélo et faire 2km de Course à pied ! Le passage vélo- course à pied se fait bien, mais le rythme est beaucoup plus cool qu’en début de journée. On sent bien les 3H de courses dans les pattes ! On y va, de bonnes foulées, avec le plaisir de se dire qu’on a fait une belle épreuve !

Nous arrivons enfin sous l’arche ! Ça y est, le Raid est fini. Vu nos sourires, le plaisir a été partagé, les autres concurrents semblent partager le même sentiment.

Maintenant, direction la voiture pour se changer, un petit repas nous attend ensuite, histoire de recharger les batteries : crêpes saucisses, pas diététique mais efficace !

Au fait, nous sommes 4ème féminine…qui l’aurait cru après avoir autant bataillé sur 2 balises…comme quoi, elles étaient bien cachées, pour tout le monde 😉 dans un sens, comme dans l’autre 😀 … et on n’a pas tout perdu, on a gagné un lot au tirage au sort…Je vous l’avais dit, il est sympa ce raid !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *